Chapelle Saint-Sixte, vocable sous lequel est placée la chapelle, se rapporte à Sixte II, contemporain de Saint-Laurent et pape des premiers temps de l’église chrétienne. La chapelle est situé sur un lieu de culte très ancien : jusqu’au XIX°, elle abritait une stèle païenne en réemploi servant de pied de bénitier. Celle-ci témoignait d’un culte voué à l’eau. Sur la colline coulait en effet une source qui fut captée par la 6e légion romaine qui l’achemina jusqu’à Arles par un aqueduc souterrain. Elle constitue le point de départ de l’un des deux aqueducs qui alimentaient Arles sous le haut empire. Il ne reste de la première chapelle romane - la première référence qui lui est faite date de 1155 que l’arc triomphal et l’abside. Des modifications importantes ont été apportées au XVI° et XVII° : elle servit en effet de lazaret durant les pestes de 1629 et 1720.Son inscription dans un cadre naturel très agréable, au sommet d’un tertre rocheux planté de cyprès et d’amandiers, en fait une des images les plus véhiculées de la Provence "typique". La culture des amandiers fut par ailleurs un temps l’une des spécialités d’Eygalières.
Total hits: 2341355
Most recent 10 minutes hits: 29
Current hour hits: 186
Yesterday hits: 5202
Last 24 hours visitors: 55
Current hour visitors: 40
Recent guest(s): 13